Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 22:22

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51KiajLzERL._SL500_AA300_.jpg

C'était mon âme soeur, mec.

Le trio écossais Biffy Clyro possède cette trajectoire musicale qui peut pousser un die-hard fan à reconsidérer son propre jugement au bout de quelques albums. D'abord groupe punk-rock mélodique aux guitares angulaires (sur Blackened Sky), et aux explosions sonores gargantuesques (l'incroyable Vertigo Of Bliss), pour pousser jusqu'à des extrêmes de skyzophrénie et de vitesse (Infinity Land), il a décidé dans une seconde partie de carrière de prendre cette germe émotionnelle qui contrebalançait sa rage et ranger la bizarrerie au profit d'une pop larme-à-l'oeil (le décevant Puzzle) et de grands refrains pour les foules (Only Revolutions). La trajectoire donc, gardait sa logique en vue d'Opposites, un double-album prévu pour installer le groupe dans les sphères radio-rock britanniques, aux cotés de Muse ou Coldplay.

 

Et du grand spectacle pour stade, Opposites en offre: "Biblical" introduit des synthétiseurs et se finit en "woh oh" obligatoires, "Opposite" et "The Thaw"  sont des balades cent fois entendues aux briquets déjà allumés, "Stingin- Belle" paye son solo de cornemuse et sa batterie militaire pour un final digne d'une parade de Noël ... Ce genre de tentative gangrène la majeure partie de l'album, mais quand le groupe revient à son propos de départ (un trio nerveux sans fioritures avec un son maousse) ils peuvent encore faire hausser l'oreille.

 

On prend donc plaisir sur les turbulents "Modern Magic Formula", "Little Hospitals", et "Woo Woo" qui possèdent une dynamique ébouriffante et se placent même dans les meilleurs titres qu'a écrit le groupe. Mais à coté de ça, on ne peut pas vraiment pardonner une tentative electro-pop lyrique dégueulasse comme "Skylight" ou une sauce heavy-prog-mariachi héroïque. Oui c'est toi "Spanish Radio" dont je parle. Rajoutons pour clore le dossier que Simon Neil (chant/guitare) n'arrive plus à écrire autre chose que des textes d'adolescent boutonneux en fin de collège, sans aucun amour-propre et avec un vocabulaire sacrément limité.

 

Opposites n'est pas un mauvais disque car il réussit son entreprise de rendre les Biffys plus accessible, et dispose encore de quelques bijoux pour satisfaire les moins sentimentaux d'entre nous. Mais on aura du mal à se farcir ces 75 minutes sans avoir l'impression de consoler un pote devenu terriblement chiant après sa dernière rupture.

4/10

Label: 14th Floor

Sortie: 5 février


Partager cet article

Repost 0

commentaires