Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mars 2013 2 19 /03 /mars /2013 20:55

http://ecx.images-amazon.com/images/I/413Q6iygkRL._SL500_AA300_.jpg

Livré avec brouillard anti-directionnel


On ne sait plus vraiment que penser de l'avenir des Strokes depuis 2011 et la sortie d'Angles, quatrième disque des New-Yorkais après un hiatus de 5 ans. Julian Casablancas (chant) délaissait la place du songwriter principal à ses anciens camarades, trop occupé qu'il était à tourner pour son album solo et expliquer en interview que l'ambiance chez les Strokes était très tendue. De cette période étrange de reformation est né un assemblage sonore incohérent, tiraillé entre la nécessité de satisfaire le vieux fan ("Undercover of darkness") et l'appétit pour des sonorités nouvelles (les horribles synthés cheap sur "Games", le vocoder sur "You're so right").


Comedown Machine possède aussi cette envie d'expérimenter, de s'écarter du trésor de guerre que représentent Is This It et Room On Fire. Ils gardent ici l'obsession des gimmicks kitsh façon années 80, on signale le clavier "Take On Me" de "One Way Trigger", la basse slappée de "Tap Out" et le falsetto et le synthé tremolo de "Chances". Pour les pauvres espérant un retour aux sources, la seule nourriture rétro-rock, "All The Time", sera bien peu suffisante.


Mais Comedown Machine surprend en bien lorsqu'il montre une espièglerie maîtrisée, comme la tentative funky "Welcome To Japan", la pop délicate et sucrée de "Slow Animals", ou le punk-rock crooné de "50/50" qui rappellera aux plus hardcore-fans leur reprise du "Clampdown" des Clash. Là où le bas blesse, c'est que si le groupe a regagné ses capacités (les guitares acérées qui s'imbriquent, le duo basse-batterie tantôt nerveux ou groovy), son chanteur ne sait pas souvent quoi faire. La nouvelle passion de Casablancas est la voix de tête, et, sans doute du fait qu'il n'a pas les capacités de Jonsi de Sigur Ros (jolie imitation sur "Chances" d'ailleurs), les effets (reverb, overdub) sont indispensables, et le sous-mixage assez évident. On passe donc la moitié du disque à tendre l'oreille pour comprendre et "apprécier" les grands écarts vocaux . Dommage pour une des voix les plus charismatiques du circuit rock.

 

Il faudra encore du temps pour savoir si Comedown Machine signe la mort ou le premier pas de la renaissance des Strokes, il y a tous les arguments ici pour les deux hypothèses, il est l'heure de choisir un camp.

6/10

Label: RCA

Sortie: 25 Mars 2013

Partager cet article

Repost 0

commentaires